Friday, February 15, 2013

His room

 
Quand j’étais enceinte, je me réfugiais souvent dans sa chambre. Dès que j’étais angoissée ou nerveuse, je m’asseyais sur le canapé, installé contre le mur du fond. J’étais dans son univers avec ses rideaux de pirate, son petit lit....
Être dans sa chambre m’apaisait, imaginer notre rencontre, nos moments de partage, de jeux.
Ce lieu a tenu ses promesses. Ce fut pendant des années un refuge contre les tempêtes extérieures et intérieures.

Aujourd’hui c’est son repaire, une vraie chambre de pré-ado, “décorée” des posters de ses chanteurs et jeux vidéos préférés. Il n’y a plus de canapé. Les étagères semblent avoir poussé comme du lierre sauvage et couvert les murs qui vont peut-être un jour s’écrouler sous le poids des livres
Le bazar permanent m’irrite souvent parfois, mais j’aime son univers parce que c’est le sien, parce que le chevalet au milieu de la chambre m’émeut, parce qu’il est devenu ce petit homme sensible, déterminé, exigeant, créatif....

Dans son univers, je n’interviens pas (à part quelques séances de rangement compulsif), je fleuris juste son bord de fenêtre.

8 comments:

Dee said...

Beautiful...
Lucky "he"...

Madame Alfred said...

Si juste.

geneviève bjargardóttir said...

trop tendre - ça fait fondre le cœur <3

kristina said...

how beautiful, being able to step into someone else's universe.

jana said...

so beautiful :)

Anne said...

beautifully spoken!

Relyn Lawson said...

Good gosh! He has quite a view!

kenza said...

magnifique... sensible... merci.